INTERDIT AUX NOMADES

11 mars 2016

Longtemps

Longtemps, j'ai confondu griseries et outrances.

Posté par blousse à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 février 2016

Et un jour?

Bah....

Et un jour j'ai rencontré une Fée. 

Posté par blousse à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2013

banana

Posté par blousse à 00:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 février 2013

Back to ze blog!

 

 

Bah oui, trop plein de trucs qu'on a pas envie de balancer sur le facebook. (et le premier qui s'avise de créer ce lien, il finit aux sangliers au fin fond de la garrigue).

Un 40éme anniversaire qu'on envisage serein et que finalement, on en prend plein sa face, conséquences de ses propres actes, de la vie qu'est pas toujours une sainte nitouche.

L'arrêt de l'alcool, depuis six mois maintenant. Exorcisme.Reprise de contact avec soi, avec les autres. Sensations de fluides qui circulent dès la première semaine de sevrage. Lucidité. Des erreurs. Trop.

429203_3180275348376_603326882_n

La fin d'un autre addiction, plus saine, qui aura duré 25 ans pour moi, 22 pour elle.

424265_4420818321175_133093731_n

Encore un peu de mal à accepter cette réalité. Culpabilité de ne pas offrir à celui qui compte le plus ce qu'il méritait. Pardon mon p'tit gars.

Et puis... 

Et puis, se faire une raison, s'y contraindre, ou l'être. Se dire qu'on n'avait pas encore tout résolu des mystères de la vie et de ses entourloupes.

....

Et un jour...

Posté par blousse à 04:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 avril 2011

ballade, cuisine et botanique.

Petite ballade aux alentours de Valsauve, à la découverte des plantes sauvages comestibles.
Découverte d'un potentiel considérable pour remplir son assiette.

5 heures de marche (pour un petit kilomètre)et à chaque pas, des saveurs inattendues, des  couleurs chatoyantes, des odeurs ennivrantes.

Je signe maintenant pour le stage d'approfondissement.sil_ne

 

Posté par blousse à 20:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]


07 février 2011

présumé coupable!

présumé coupable!

présumé coupable!

présumé coupable!

présumé coupable!

présumé coupable!

 


III. - Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été établie. Les atteintes à sa présomption d'innocence sont prévenues, réparées et réprimées dans les conditions prévues par la loi.

Posté par blousse à 23:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 janvier 2011

Valsauve

 

DSC07294

Nouveau cadre de vie, nouvel album.
(un clic sur la photo, et c'est comme si t'y étais) 

Et bientôt, si t'es sage, un petit cours sur l'histoire mouvementée de cette abbaye dont les plus anciens témoignages remontent à plus de mille ans.

Posté par blousse à 23:37 - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 novembre 2010

J'sais pas pourquoi, mais après chaque déménagement, j'ai envie de me faire embaucher chez orange... comme nettoyeur!

                                                             37372

Posté par blousse à 02:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 octobre 2010

Déménagement

1993: Première tentative de vol  hors du nid familial. j'emménage dans le grenier d'une ferme/musée  qui m'est généreusement attribué le temps de faire mon objection de conscience. Un gros studio de 40 m² sans loyer ni charge, au coeur d'un parc naturel, durant les 20 mois que je dois à la Patrie. Le pied. Les collègues qui connaissent les mêmes conditions que moi sont logés dans un moulin, une chaumière,etc... Même pas la peine d'évoquer les soirées dans ce genre de cadre.

1995: bref retour chez mes vieux, et celles de ma gueuze qui nous hébergent un temps... le temps de réaliser ce qu'on avait et qu'on a plus.

1996: premier vrai appart à deux, même pas dans une cité ou une résidence en ruine, mais bon quand même dans une barraque en brique du quartier ouvrier de Rouen. Trois cubes superposés, et reliés par un escalier limite échelle de meunier.
Autonomie,vie de couple et luxure font que finalement, on se sent pas si mal en ville. Ma cambrousse n'est pas si loin, et je sais ou me jeter quand j'ai besoin.

1999: Le Gros Déménagement. Migration de la Normandie à ici, dans le Gard. Arrivée dans un deux pièces minuscules, mais le soleil brille, les volets sont bleus, et partout autour, les cigales chantent (et le mistral souffle). De plus, le voisinage(le club harley local) nous permet de rencontrer quelques personnes à notre arrivée en terre étrangère.

2003: mise en colloc avec les motards sus mentionnés.
on occupe le rez de chaussées d'une villa quand nos anciens voisins prennent le premier étage.
Quartier de vieux et rapports de plus en plus incertains avec les bikers font qu'on a pas envie de trainer la  et que...

2006: St Marcel, le plus beau village du monde, de france, du canton, de la D6, nous tend les bras et daigne enfin nous offrir l'une de ses petites maisons de village qu'elle ne propose qu'aux plus chanceux.
La barraque est sympa, le cadre vallonné est idyllique, mais bon.... ca manque toujours un peu d'espace

2009: l'opportunité de reprendre la barraque de potes et tout ce qui va avec (poulailler, terrain, potager, fruitiers, grange) ne nous fait pas hésiter trop longtemps.
On investit tout ca rapidement, et, dès la première année d'occupation, potager,fruitiers abandonnés, poulailler sont fin prêts pour assurer une partie de notre subsistance.

Fevrier 2010:Les proprios, après un an de bail, et d'accoutumance à cette barraque de notre part, nous signifient leur désir de récupérer leur bien afin que Mme en bénéficie suite à leur séparation.
En gros on se fait foutre dehors, avec toutefois un délai raisonnable de 24 mois pour retrouver un autre logement.

Fin Septembre 2010: Monique l'épicière, agence immobilière et matrimoniale, aide à domicile, gazette locale (et éventuellement griotte) de notre village me souffle qu'elle a eu vent (bah ouais) d'une bicoque qui se libérait non loin de chez nous. Je fais grace des descriptions pour le moment tant l'endroit nous fait kiffer grave la race de notre maman.

26/10/2010: a nouveau, les cartons ont envahi les pieces de notre maison. Comme un phénomène paranormal qui reviendrait régulièrement, et de plus en plus fréquemment, le moindre de nos biens, consommables ou bibelots à la con, se retrouve emballé, protégé, cartonné, dans l'attente de la furie des jours prochains.
En effet, dans trois jours, le Fred, le Remi, le Gui, le Gé et le Néné, aux premières lueurs de l'aube, débarqueront, marcel à l'épaule, afin de transbahuter l'ensemble de nos biens matériels ainsi préparés.

29/10/2010: Ayé! mis a part quelques merdouilles, l'ensemble de nos biens se trouve a présent empaqueté, conditionné, ficelé comme il se doit.

Demain, à 8h, les déménageurs bretons déboulent à la maison pour bouger tout ce bordel.

Et demain, à 8h,météo france m'annonce: averses régulières et localement orageuses sur le Gard durant tout le Week End.

Putain de bordel de merde! je connaitrais donc jamais un déménagement ensoleillé?

Posté par blousse à 20:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 octobre 2010

Level Up!

Voilà un an, pourtant familier avec les travaux de la vigne et les vendanges, je découvrais l'univers d'une cave, après la récolte . Je recommencerai donc pas le speech.

Cette année, le bwana, fort occupé dans la commercialisation des cuvées précédentes, se décharge vachement plus sur moi de tous les mouvements de vin dans les cuves.
Ceci, je dois l'admettre est assez jouissif quand chaque matin, lors des relevés de densité et de température, on observe les petites bulles des gaz de fermentation qui se dégagent du haut des cuves, et qu'on se dit que cette vie qu'il y a la dessous, bah c'est vachement émoulsifiant tellement y a de soi dedans.


fermentation
envoyé par blousse. - Découvrez les dernières tendances en vidéo.

Mais ca se révèle aussi être assez stressant. La responsabilité de plusieurs cuves de 100-150 hectolitres peut rendre parfois bien parano, le soir chez soi, et qu'on se demande si on a bien fermé le robinet de la C2, celle de 150 hectos remplie du bon pinard soutiré avant de partir.
150 hectos, c'est 15000 litres, soit 20000 bouteilles. Limite, je fais les 10 bornes qui me séparent de la cave pour vérifier.
Et puis, même si on a pris soin de vérifier chaque robinet et chaque branchement de  manche, de pompe, rien n'empêche une cuve de se réveiller. Son contenu, soudainement augmente de volume et se met littéralement à dégueuler de la cuve par l'ouverture à son sommet appelée "cheminée". Toujours prévoir une cuve tampon, prete à l'emploi pour une visite nocturne du Louis. (appellation désormais officielle du bwana cité plus haut).

Donc 'oilà! Rien de plus, sinon quelques photos d'une opération de délestage expliquée dans le lien du début (que je vais pas me faire chier à aller retrouver)

DSC07149

Le mout est soutiré, ne reste au fond de la cuve que le marc qu'on laisse s'égoutter et se tasser autant que possible.


DSC07145
Le bon jus de raisin , au fur et à mesure qu'il est transvasé dans une cuve voisine autant que vide, est amené tout doucement à une température idéale pour réveiller la fermentation.

DSC07156

Et est ensuite aspergé à la surface du chapeau de marc, désormais bien tassé au fond de la première cuve. L'opération doit être effectuée assez rapidement et de manière uniforme pour empêcher le chapeau de remonter trop vite.


Et par les temps qui courrent, pourquoi pas un nouvel usage du matériel? je propose le canon anti émeuteDSC07159

...

Posté par blousse à 00:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]